(photo : Baudouin)
(photo : Baudouin)

À deux heures au sud-est de Paris, le vignoble de Chablis ressemble à une oasis viticole, nichée au sein de vastes cultures céréalières. C’est la Bourgogne du nord, plus discrète que sa voisine beaunoise. Et plus simple, avec quatre appellations seulement : Petit Chablis, Chablis, Chablis premier cru et Chablis grand cru. Le tout en chardonnay, seul cépage autorisé. Comme le résume bien Louis Poitout, membre de la fédération de défense de l’appellation, « le chardonnay, il y en a partout sur la planète, mais le caractère minéral qui ressort à Chablis, on ne le retrouve nulle part ailleurs ». Ce que confirment les six maisons et châteaux à avoir ouvert leur porte pour une Escapade publiée dans Terre de vins n°67, actuellement en kiosque.

Épisode 2 : Domaine du château de Fleys

Une histoire de fratrie
Pensaient-ils un jour travailler ensemble, entre frères et sœur, au domaine ? « Non ! » répondent à l’unisson Béatrice, Olivier et Benoît Philippon. Et pourtant : après des parcours distincts, chacun revient naturellement vers le petit village de Fleys, prenant le relais d’un père « connu pour son caractère ». « Un personnage », qui ne quittait son tracteur que pour accueillir les clients, jusqu’à 22 heures parfois. Aujourd’hui, ses trois enfants font tous les choix ensemble : les greffes, les dates de vendanges, les durées d’élevage… « Et on tombe souvent d’accord ! » constate Benoît, amusé. Le vin est bien plus qu’un commerce au château de Fleys : c’est viscéral, c’est la famille. « Quand on arrache un pied de vieille vigne, on a presque envie de pleurer », reconnaît Olivier. Y déguster, c’est aussi s’imprégner de cette histoire vigneronne, chaque cuvée fournissant un prétexte pour se replonger dans les souvenirs. Béatrice se rappelle de la polyculture, à l’époque des grands-parents : « Dans la famille, il y avait 1 hectare de patates, des lapins. Chablis n’a pas toujours eu sa renommée actuelle. Je suis contente d’avoir connu ça. » Le trio connaît par cœur sa vingtaine d’hectares. Parmi les fiertés, le chablis Clos du Château 2017 (14,90 €), peut-être « digne d’un premier cru ». Pour sa belle attaque acidulée, sa trame minérale qui s’étire et sa finale légèrement fumée ? Probablement. Parce que ce clos occupe une place chère à cette quatrième génération de Philippon, en contrebas de la maison familiale ? Sans aucun doute.
DOMAINE DU CHÂTEAU DE FLEYS – 89800 FLEYS
03 86 42 47 70 – Site internet

Épisode 1 : La Chablisienne