Photo : Clément L'hôte
Photo : Clément L'hôte

Dimanche 21 novembre, la 161e vente aux enchères des Hospices de Beaune s’est déroulée dans une salle chauffée à blanc, les batailles d’enchères menant à une envolée des prix. Les résultats définitifs donnent le tournis, les réaction sont unanimes.

Des résultats que même les plus fins connaisseurs n’avaient osé imaginer. La vente des Hospices de Beaune, édition 2021, a fait tomber les records uns à uns, devant 700 acheteurs médusés, ce dimanche 21 novembre sous les halles de Beaune. Bien sûr, le coup de marteau à 800 000 euros pour la pièce de charité marquera longtemps les esprits. Mais au-delà, c’est l’ensemble de cette vente qui a déjoué les pronostics, toutes cuvées confondues.

248 200 euros le fût de Bâtard-Montrachet

L’hôpital-vigneron, en collaboration avec la maison d’enchères américaine Sotheby’s, proposait au catalogue l’un des plus petits millésimes de son histoire. Et pourtant : le résultat total atteint 12,6 millions d’euros, frais inclus. En 2020, cette somme s’élevait à 14,3 millions d’euros… pour pratiquement deux fois plus de vin.

C’est donc, logiquement, le prix moyen de la pièce (fût de 228 litres) qui s’envole cette année : il s’établit à 34 980 €, contre 21 667€ en 2020. Soit un bond de plus de 60 %. Un succès plus particulièrement marqué pour les blancs, vendus 115 % plus chers par rapport à 2020. À ce titre, l’exemple du Bâtard-Montrachet grand cru est plus que parlant : les deux pièces proposées ce dimanche ont chacune doublé leur estimation haute, se vendant à 248 200 € et 221 400 €.

Les réactions

François Poher, Directeur et Président du Directoire des Hospices Civils de Beaune : « Nous sommes fiers d’avoir contribué à porter si haut la cause des droits de la femme, à la santé et à l’égalité. Le résultat de la vente dépasse nos espérances. Notre responsabilité est immense afin de réaliser un nouvel hôpital sûr et exemplaire.« 

Albéric Bichot, premier acheteur de la vente en valeur: « Avec mes collaborateurs et mes clients, on sentait bien que les prix allaient monter, mais pas à ce point-là. Nous avons perdu quelques clients, ces prix dépassaient totalement leur budget. Mais c’est formidable pour l’hôpital de Beaune. Chapeau aux Hospices, c’est une reconnaissance évidente du travail de Ludivine Griveau [régisseuse du domaine des Hospices, ndlr] malgré les conditions difficiles du millésime. Bravo aussi à Sotheby’s, qui a relevé le défi avec brio. Et à Pio Marmaï, quelle émotion! On me demande si j’ai été déçu de ne pas remporter la pièce des présidents…c’est tout le contraire ! Le but était de faire monter l’enchère le plus possible, pour cette cause, pour les associations. Après la bataille, j’ai félicité l’acheteur, que je ne connaissais pas. J’espère qu’il va continuer et revenir l’année prochaine.« 

Mario Tavella, Président, Sotheby’s France, Chairman Sotheby’s Europe : « Ce fut un honneur et un plaisir absolu pour nous de travailler avec les Hospices de Beaune, une institution qui produit du vin et fournit des soins à sa communauté depuis des centaines d’années. Nous sommes ravis que les fonds aillent à des causes aussi importantes, et avons hâte de revenir à Beaune l’année prochaine. »

Jamie Ritchie, Directeur Monde, Sotheby’s Wine : « Cette vente historique a été une collaboration incroyablement enrichissante entre Sotheby’s France, notre équipe mondiale des Vins, l’équipe des Hospices de Beaune, avec le soutien de tous les négociants et particuliers qui ont participé. Bien qu’il s’agisse du plus petit nombre de lots proposés depuis plus de quarante ans, les résultats obtenus ont été bien au-delà de nos espérances, avec seulement 362 lots réalisant une augmentation moyenne de 85 % par cuvée. La demande de vins de Bourgogne est en constante augmentation, ce qui, combiné à la qualité exceptionnelle des vins produits par Ludivine Griveau et son équipe, et à la petite taille du millésime, a conduit à des enchères passionnées.«