Photo: F. Hermine
Photo: F. Hermine

Avec sa nouvelle Maison des Vins, l’appellation Madiran-Pacherenc du Vic-Bilh espère attirer encore plus de visiteurs et travaille à émailler toute l’année de multiples événements en région.

« Tout est parti en 2016, d’une réunion avec tous les acteurs de la filière et les politiques pour identifier les problèmes rencontrés par l’appellation Madiran-Pacherenc du Vic-Bilh, raconte son président Pascal Savoret. Quand on est sur deux régions, trois départements et quatre communautés de communes, il faut trouver un centre d’intérêt partagé par tous« . L’attention s’est vite tournée vers la Maison des Vins sur la place du village de Madiran, point de convergence du territoire, et sur la façon d’en faire une véritable vitrine de l’œnotourisme. En parallèle, l’appellation a travaillé sur une étude de notoriété qui a abouti à un nouveau slogan, « Vivre le temps du Sud-Ouest », et un logo sous forme de vrille de la vigne et de mouvement du vin dans le verre, décliné sur tous les supports et pictogrammes de communication. Après deux ans de travaux, la crise covid n’ayant pas aidé, la nouvelle Maison des Vins, inaugurée cet été, a été complètement revisitée par Jean-Paul Haure, en charge de l’agencement et de la scénographie et qui a déjà signé la majestueuse cave d’Irouléguy. « Il s’agit de faire découvrir le vignoble, les cépages, les vins d’une façon plus interactive », explique la nouvelle chargée de l’œnotourisme, Sophie Lafeuillade qui a été recrutée pour dynamiser l’activité toute l’année. Aujourd’hui, 80 références de bouteilles sont vendues dans le nouvel espace à prix propriété + 1€ avec 8 vins à la dégustation en rotation (deux madirans de deux styles différents, deux pacherencs secs et deux doux). « Mais il ne s’agit pas d’en faire un magasin de vins, souligne Pascal Savoret. Au-delà de la découverte, le but est d’envoyer les visiteurs dans les propriétés« .

Le renouveau du programme des fêtes

Des événements tels que Vinopop dont la première soirée à Pau sous tente berbère avec musique, foodtrucks et bar à vins avait remporté un franc succès avant la crise (3000 personnes sur un soir) devraient être renouvelés en 2022, à Pau mais aussi à Biarritz. Pas de changement pour les Portes Ouvertes de novembre avec, à l’étude, des navettes inter-domaines pour la 20e édition en 2022. « Une réflexion est également en cours pour moderniser le Festival du Madiran du 15 août afin d’en faire moins une fête de village et davantage un festival à thème avec boutique éphémère, bars à vins, ateliers de découvertes de la production locale… » précise Sophie Lafeuillade. Les participations aux événements avec l’IVSO (interprofession des Vins du Sud-Ouest) tels les vendanges organisées sur la place du Capitole cet automne, les soirées mets-vins Sud-Ouest de Coeur et le festival des « siestes électroniques » dans un parc toulousain, devraient aussi être reconduites. « Le Madiran est plébiscité chez les jeunes consommateurs de 25-40 ans et bénéficie d’une belle image même quand leurs parents ne leur en ont pas dit que du bien, explique Sophie Lafeuillade. Quant au pacherenc, il est connu surtout de nom mais associé principalement au doux ». Et pour cause, il y a dix ans, les moelleux-liquoreux de l’appellation représentaient 70 à 80 % de la production; ils sont désormais un peu moins produits que les secs qui pèsent plus de la moitié des volumes. « Les doux se vendent toujours bien grâce à leur fraîcheur mais la progression s’est surtout faite en surfaces et en volumes sur les secs« 

Le vignoble est certifié bio à environ 30%, autant en HVE avec près de 100% des surfaces prévues à court terme grâce au recrutement ces dernières années dans les domaines, coopératives et négoces de techniciens dédiés, accompagnés par la Maison des Vis et par les aides de la région Nouvelle Aquitaine et Occitanie.

Boutique de la nouvelle Maison des Vins. Photo: F. Hermine

Repères :

1200 ha en AOP Madiran, 300 ha en AOP Pacherenc du Vic-Bilh

170 opérateurs

41500 hl produits en Madiran, 5500 hl en Pacherenc doux, 4100  en Pacherenc sec en 2020

81% de rouges, 11% de blancs secs, 8% de blancs doux

80% commercialisés dans l’Hexagone (40% en grande distribution, 19% en CHR, 16% en vente directe, 5% en circuit cavistes)