La côte des Monts Damnés,  à Chavignol,  un des 14 villages du Sancerrois. Photo I.Bachelard.
La côte des Monts Damnés, à Chavignol, un des 14 villages du Sancerrois. Photo I.Bachelard.

Les vins de Sancerre furent parmi les premiers à être reconnus en appellation contrôlée. Depuis le 31 octobre, le vignoble, ramassé autour du piton de la ville de Sancerre, prépare officiellement sa candidature à la reconnaissance au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Si le vin blanc de Sancerre jouit d’une notoriété internationale, son territoire de naissance en bord de Loire, mais en limite de la Bourgogne, n’est guère connu, même s’il se trouve à moins de 200 km de Paris. Dommage car la beauté des paysages naturels du Sancerrois, préservés bien souvent grâce à la présence du vignoble, étonne plus d’un visiteur.

Dans les années 2000, deux des bons vignerons de Sancerre, Denis Vacheron et Jean Max Roger ont pour la première fois évoqué la possibilité de faire reconnaître leur patrimoine. Le 31 octobre 2015, toutes les instances locales – Mairie, Union viticole, Communauté de communes, Office de Tourisme etc. – se sont mises d’accord pour travailler ensemble à la constitution du dossier de candidature des Collines du Sancerrois (Terroir de l’AOC) et du Piton de Sancerre et ses Caves à l’inscription au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Ci-dessous : la signature le 31 octobre 2015 à Crézancy-en-Sancerre, un des 14 villages de l’appellation.

Le piton de la ville de Sancerre qui domine de ses 313 m, les collines de vignes, terroir de l’AOC, forment avec, bien sûr, la Loire et ses rives un ensemble exceptionnel. Ce coin du Berry donne aussi naissance aux fameux crottins de Chavignol, fromages de chèvres également d’appellation contrôlée.

Les interactions entre le fleuve, les sols, les vins et les hommes qui y œuvrent ont profondément marqué ce territoire à la fois naturel et très travaillé, à taille humaine – seulement 2 800 ha. Les signataires du projet soulignent que « ce qui est passionnant dans ce projet, c’est que le chemin est aussi important que la destination. Nous entrons clairement dans un objectif d’excellence et cette démarche permettra de développer notre attractivité, créer des emplois non délocalisables et transmettre aux générations futures un Sancerrois préservé et valorisé. »

Que le projet aboutisse à une inscription importe peu. L’important est que tous les acteurs de la zone aient pris conscience de la valeur de leur environnement et qu’ils l’entretiennent au mieux.

Ci-dessous : deux AOC pour le village de Chavignol (I.Bachelard)