La propriété a été lourdement impactée par la grêle en août. Elle a pris dès les vendanges la décision de ne sortir aucune de ses deux cuvées en rouge.

Il n’y aura pas de vin rouge pour Thieuley cette année
. « Ce n’est pas dû à la qualité tant décriée du millésime. Je ne veux pas que l’on généralise notre cas particulier. Si nous n’avions pas été grêlés début août, nous aurions sorti nos rouges » confie Sylvie Courselle, co-propriétaire avec sa sœur Marie du château Thieuley (Bordeaux). Les deux sœurs ont pris dès la récolte la décision de ne sortir aucune des deux cuvées rouges en 2013 (Bordeaux rouge et Réserve Francis Courselle).

« Nous étions à l’épicentre, dans le couloir le plus intense de l’orage. Nous manquions de quantité et notre matière première aurait été très difficile à travailler pour élaborer de grands rouges » précise la co-propriétaire. Les autres années, le château Thieuley produit 150 000 bouteilles de rouge.

Pour absorber ce manque à gagner les deux femmes ont cherché des alternatives. « Pour notre trésorerie, nous avons décidé de faire plus de rosé et de clairet » précise Sylvie Courselle. D’habitude, la propriété produit 24 000 bouteilles de rosé et 30 000 de clairet. Contre 70 000 bouteilles de rosé et 36 000 de clairet du millésime 2013. Le gros défi de la propriété, c’est avant tout de ne pas perdre les clients fidélisés grâce à ses vins rouges. « Nous finissons d’écouler nos stocks de 2011. Et nous allons vendre petit à petit le millésime 2012 » précise Sylvie Courselle.

En ce millésime marqué d’un a priori négatif, la co-propriétaire remet les choses à leur place : « cette décision ne concerne que nous, pas l’appellation en général. En Bordeaux, il y a tant de mauvaises critiques, le moral des vignerons déjà au plus bas. Le 2013 va être difficile à vendre. Et pourtant il y a de très belles choses ». Sylvie Courselle dégustait ce matin le millésime 2013 du Grand cercle des vins de Bordeaux, dont la propriété est membre. « Ce que j’ai goûté pour le moment est bon, je suis agréablement surprise. Avec des vins à boire plus jeunes, ce millésime a le potentiel pour attirer de nouveaux clients » conclut-elle.

Laura Bernaulte