Dans le Bordelais, les 100 véhicules rassemblés par André Lurton dans une collection exceptionnelle ont tous été vendus aux enchères pour plus de 2 millions d’euros.

“Gants blancs” pour l’exceptionnelle vente de la collection de véhicules anciens d’André Lurton : dans le monde des enchères, l’expression signifie que tous les lots ont trouvé acquéreur. Plus de cent modèles de véhicules anciens, répartis en 80 lots, ont été adjugés sous les applaudissements pour un montant total de plus de 2 millions d’euros, précisément 2 215 074 euros, communique Artcurial, le cabinet en charge de la vente.

Organisée le samedi 27 septembre, au Château Bonnet, à Grézillac, dans l’Entre-deux-Mers bordelais, cette vente aux enchères a vu se disperser la collection personnelle du fondateur des vignobles Lurton, décédé en mai 2019. Grande figure de la viticulture bordelaise (il est à l’origine de la création de l’appellation Pessac-Léognan en 1987), André Lurton était aussi passionné d’automobile : sa collection comptait des modèles de 1898 jusqu’aux véhicules agricoles ou militaires.

Records pour Renault et Rolls Royce

Parmi les records de cette vente, l’Estafette « Plein air » Renault de 1960, “véhicule atypique particulièrement rare”, précise Artcurial, a été emportée à 88 040 euros. Le tank Destroyer M10 de 1942, pièce spectaculaire, s’est arraché pour un montant de 310 000 euros. La Rolls Royce Phantom I 40/50 HP de 1928 a donné lieu à une bataille d’enchères jusqu’à 195 858 euros, le double de son estimation la plus haute.

5 000 visiteurs sont venus admirer les lots de la collection lors des trois jours d’exposition précédant la vente. Le jour même, la vente a réuni plus de 1 000 personnes sur place, dans le respect des règles sanitaires imposées, en plus de nombreux enchérisseurs en ligne ou au téléphone.

“Ce n’était pas facile de voir partir tous ces véhicules qui représentent l’une des passions de notre père, s’est exprimé Jacques Lurton dans un communiqué. Mais ces véhicules, ces engins militaires et agricoles vont trouver une nouvelle vie.” Jacques Lurton a repris la présidence du groupe familial, qui couvre 600 hectares dans le Bordelais et compte des joyaux comme le Château de la Louvière en Pessac-Léognan ou le Château Bonnet où était né André Lurton en 1924. “J’espère que les acquéreurs n’oublieront pas qu’ils ont été restaurés, entretenus et aimés par notre père André Lurton.”