Après 27 années dédiées à la vinification du légendaire château d’Yquem, Sandrine Garbay démarre une nouvelle aventure – toujours à Sauternes – en devenant Directrice générale du château Guiraud, qui a changé de propriétaires il y a quelques mois.

Le vin, c’est aussi une suite de pages qui se tournent, inéluctablement. À l’automne dernier, nous vous annoncions ici du changement au capital de Château Guiraud, 1er Grand Cru Classé de Sauternes, Xavier Planty décidant de vendre ses parts à Matthieu Gufflet, fondateur du groupe EPSA et 428ème fortune française. M. Gufflet, en rachetant au passage une partie des parts de Robert Peugeot, devenait ainsi actionnaire majoritaire de la propriété. Malgré le retrait de Xavier Planty de l’actionnariat, son fils Luc Planty a continué de diriger Guiraud pendant quelques mois, poursuivant l’œuvre menée par sa famille pendant de nombreuses années, qui a notamment fait de Guiraud l’un des pionniers du bio dans le Sauternais et à Bordeaux.

Il y a quelques jours, Luc Planty annonçait, par voie de communiqué, qu’il était temps pour lui « de passer la main » tandis que la propriété annonçait l’arrivée de Sandrine Garbay au poste de Directrice générale. Le nom de Sandrine Garbay est familier de tous les amoureux de grands liquoreux : cette dernière a passé 27 ans au légendaire château d’Yquem, dont 24 en qualité de maître de chai. Elle se confie à Terre de Vins sur cette nouvelle aventure qui s’ouvre à Guiraud : « bien sûr c’est une page importante qui se tourne pour moi. Mais j’ai été très sensible à la proposition de Matthieu Gufflet, qui me permet de prendre la direction générale d’une très belle propriété avec des responsabilités transversales, allant de la vigne au chai, en passant par la gestion globale du cru. M. Gufflet a une ambition pour Guiraud qui me séduit beaucoup, notamment sur le plan œnotouristique et de l’hôtellerie haut de gamme. Je suis très attachée aux terroirs de Sauternes et le projet autour de Château Guiraud contribue à continuer d’augmenter le dynamisme de l’appellation. Je pense aussi que l’on peut encore hisser la qualité des vins, en répondant encore mieux aux aléas climatiques, en nous équipant d’éoliennes, en sécurisant la production de vin blanc sec… À 55 ans, tout cela constitue un superbe défi pour moi« .

De son côté, Luc Planty nous confie « quitter Guiraud dans un très bon état d’esprit. J’ai eu une discussion constructive avec Matthieu Gufflet et, après dix ans consacrés à cette belle propriété, où nous avons accompli de très belles choses, c’est un bon moment pour céder la place, en particulier à une personnalité talentueuse comme Sandrine Garbay. Nous avons pu participer à la reconnaissance du cru et à sa reconstruction, mais nul n’est indispensable et il y a encore beaucoup à faire à Guiraud, avec une nouvelle énergie.« 

De grands projets œnotouristiques

Parmi les grandes ambitions de Château Guiraud, il y a bien sûr la production de grands liquoreux mais aussi de grands blancs secs (nous vous en parlions récemment), et il y a comme évoqué plus haut de grands projets œnotouristiques, conduits par Clémence Planty, qui conserve la direction de l’hospitalité. Entre l’ouverture prochaine d’un nouveau restaurant, Le Cercle Guiraud, dans le village de Sauternes, un marché gastronomique le 2 juin et un projet de sept chambres de luxe au Château de Callac dans les Graves, il y a fort à faire.

Le dernier mot revient à Sandrine Garbay, qui pour l’instant « prend ses marques » dans son nouveau costume de Directrice générale qu’elle a enfilé le 16 mai. « Ce qui est certain c’est que nous allons poursuivre l’engagement bio qui est celui de Guiraud depuis des années, grâce à Luc et la famille Planty« . Sans pincement au cœur au moment des prochaines vendanges, lorsqu’elle pensera à Yquem ? « Il y a eu de grands Yquem avant moi, il y en aura après moi. C’est bien sûr un déchirement, mais c’est aussi un nouveau souffle, et nous nous sommes quittés dans la bienveillance« . Tony El-Khawand, recruté l’année dernière, succèdera à Sandrine Garbay en tant que maître de chai du château d’Yquem. Lorenzo Pasquini assure la direction de l’exploitation.