Le millésime 2018 du Premier Cru Supérieur de Sauternes a été mis en marché ce lundi 21 septembre au prix de 312 euros. Un millésime “très sauternais dans son style et caractéristique d’un Botrytis tardif”, juge Pierre Lurton.

C’est un peu moins que son prédécesseur, le millésime 2017 qui avoisine les 400 euros. Mais ce millésime 2018, sorti ce lundi au prix de 312 euros, est le fruit d’une année qui a marqué le Bordelais.
“C’est un millésime que je considère comme un millésime de vigneronnes et de vignerons, confie son directeur Pierre Lurton à Terre de Vins. Un millésime où il a fallu être extrêmement présent dans les vignobles, surtout en début d’année : il a fait chaud, le temps était pluvieux, la pression maladie importante… Il fallait quand même avoir le geste viticole ! Mais nous avons la surface et une qualité de terroir qui nous a permis de corriger le tir.”

2018 reste une des trois années les plus chaudes depuis 1900, avec une attaque de mildiou historique dans le Bordelais. En plus de cela, le 15 juillet, Yquem a essuyé un violent orage de grêle avec un peu de perte dans sa récolte. Le Botrytis a été tardif, après les pluies bienvenues de la mi-octobre. Et la récolte au domaine s’est concentrée dans une fenêtre de tir, du 22 au 27 octobre.

“Il vieillira magnifiquement”

“Mais nous aimons bien les Botrytis tardifs à Yquem, poursuit Pierre Lurton. De grands millésimes, comme 67 entre autres, sont des millésimes d’étés indiens et sont des vins absolument magnifiques. 2018 montre une certaine légèreté, il est aérien malgré 145 grammes de sucre résiduel, ce qui est pas mal mais pas du tout apparent à la dégustation : il n’y a aucune lourdeur. Ce que j’aime en plus de ce côté frais et fruité, c’est ce Botrytis qui amène ces arômes d’oranges confites, de rôti comme disaient les anciens. C’est un vin très sauternais dans son style et caractéristique de ce millésime tardif. Il est étonnant par sa fraîcheur et son élégance, également assez subtil et surtout très digeste. Il vieillira magnifiquement ! Bien sûr, ce n’est pas 2001 non plus. C’est cependant pour moi une belle réussite d’un millésime moyen de façon générale à Sauternes.”

Le prix également, 312 euros, se fait plus “digeste” au regard du contexte compliqué du marché. En même temps que le grand vin du Château d’Yquem, le bordeaux blanc 2019 du domaine, baptisé Y, est sorti au prix de 126 euros. A noter qu’Yquem propose également depuis cette année un nouveau vin sobrement nommé Sauternes, au prix volontairement démocratique de 60 euros mais uniquement disponible à la propriété.