Julie Dupouy, David Biraud et Julias Scavo ont figuré sur les podiums des deux derniers concours internationaux. Ce qui fait d'eux des favoris.
Julie Dupouy, David Biraud et Julias Scavo ont figuré sur les podiums des deux derniers concours internationaux. Ce qui fait d'eux des favoris.

Le mardi 9 mai, à Vienne, débutera le concours A.S.I. du Meilleur sommelier d’Europe. Les favoris tiendront-ils leur rang ou bien faut-il envisager une surprise, comme en 2013, avec l’avènement du Suédois Jon Arvid Rosengren ? Etat des lieux…

Mardi 9 mai, la capitale autrichienne deviendra celle de la sommellerie européenne grâce à l’organisation du concours A.S.I. du Meilleur sommelier d’Europe. La 14e édition d’une compétition qui va repousser ses frontières en accueillant les candidats de l’Afrique du Sud, de l’île Maurice et du Maroc.

La France qui compte quatre titres à ce niveau (Serge Dubs, Eric Beaumard, Eric Duret et Franck Thomas) n’est plus arrivé à se hisser sur la plus haute marche du podium depuis 2000. Tour à tour, Henri Chapon, Dominique Laporte, Eric Zwiebel et David Biraud ont trouvé plus fort qu’eux le jour J. Mais ces deux derniers n’ont pas dit leur dernier mot et ils seront encore présents quand va débuter le quart de finale pour les 37 candidats. Eric Zwiebel représente le Royaume-Uni, son pays d’adoption professionnelle, depuis quelques années alors que David Biraud défend toujours les couleurs de l’Union de la sommellerie française.

Deux fois second, c’est assez !

Le Vendéen, qui a pris la deuxième place des deux dernières éditions, derrière le Suisse Paolo Basso, à Strasbourg en 2010, et derrière le Suédois Jon Arvid Rosengren, en 2013 à San Remo, fait figure de favori légitime. Mais David Biraud sait aussi que peut apparaître à tout moment un candidat peu connu sur la scène des concours. Ce fut le cas en Bulgarie, en 2008, lorsque le Turc Isa Bal offrait un premier succès international à son pays et donc, il y a quatre ans, avec le Scandinave qui a ensuite raflé le titre mondial. A Vienne, il aimerait enfin inscrire son nom au palmarès, lui qui compte également deux places sur les podiums mondiaux en 2010 et en 2016.

Et si une sommelière s’imposait

Oui mais voilà, la concurrence sera forte, une nouvelle fois. A commencer par celle de sommelières qui ont aussi goûté au podium. Et dans le sillage de sa finale mondiale à Mendoza, l’Agenaise Julie Dupouy qui concourt pour l’Irlande affiche une progression régulière et une douce sérénité.
Basée sur la Côte d’Azur, la Roumaine Julia Scavo, qui était donc la troisième finaliste du concours Europe en 2013 affiche elle aussi un fort potentiel et peut revenir en force, après avoir fait l’impasse sur le mondial en raison d’une maternité.

Et puis, il y a les nouveaux talents qui se sont révélés en Argentine en se hissant en demi-finale du mondial, il y a un an. On retrouvera donc la Finlandaise Heidi Makinen, le Danois Christian Jacobsen, le Letton Raimonds Tomsons, le Polonais Piort Pietras, le Norvégien Henrik Dahl Jahnsen, le Russe Alexandr Rassadkin et le Suédois de service Robert Andersson. Car si la France détient le record des victoires dans ce concours continental, la Suède, avec trois succès, figure juste derrière…