(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

La France produit d’excellents vins. Dont acte. Mais nos voisins ne sont pas en reste et proposent des vins souvent différents pour nos papilles hexagonales. Zoom sur quelques régions européennes avec des domaines remarquables.

L’un des enseignements principaux pour qui a la chance de voyager dans le monde du vin (entendez sur tous les continents) est que l’on produit d’excellents vins partout. Vous me direz, il faudrait déjà plus d’une vie pour comprendre et découvrir toute la diversité de la production nationale. Pourquoi diable regarder au-delà de nos frontières ? Peut-être tout simplement parce qu’ici et là-bas, des femmes et des hommes passionnés parlent la même langue, celle du terroir, de la tradition (parfois revisitée), de l’authenticité. Et puis, s’aventurer ailleurs, c’est s’enrichir des différences en termes de goût, parfois d’approches. C’est aussi la garantie de découvrir des lieux absolument magiques, tant en termes de paysages que de caves. Prenez Fred Loimer. A lui seul, ce vigneron incarne certainement ce que l’on recherche en tant que passionné. Un homme affable, généreux, sympathique et qui produit surtout d’excellents vins. Sa région ? C’est celle de Kamptal à une trentaine de kilomètres au nord de Vienne. Ici, le grüner veltliner donne des vins blancs précis, onctueux et qui vieillissent admirablement bien. Le 2018 classique du domaine (9€) oscille entre fleurs et citron et ravi de sa finale fraîche. Le Käferberg 2016 (29,5€) pour sa part monte réellement d’un cran en matière d’intensité aromatique et de complexité, toute de rhubarbe et d’épices mêlés. Et que dire des rieslings qui provoquent ici haut un niveau d’émotion. Le riesling Seeberg 2012 (29€) est éminemment charmeur, articulant des notes de réglisse, de pétrole et de légères épices. Un domaine de 60 hectares menés en biodynamie par le maître des lieux.

De l’Italie à la Grèce

La Grèce a ses régions stars, l’île de Santorin ou bien encore Nemea et Naoussa. A côté, certains vignerons se distinguent toutefois par la qualité de leur travail. En Macédoine, à quelques encablures de Thessalonique, le domaine Kamara expérimente pour le meilleur. En témoigne sa cuvée Talisma Blanc de Noirs 2018 (12,5€), un vin blanc composé notamment de xinomavro. Ce cépage rouge ultra tannique vinifié en blanc s’avère d’un équilibre incroyable, très fin et parfumé. Une originalité qui prépare à la dégustation de vins résinés. Le Nimbus Ritinis 2018 (13,5€) est véritablement une ode à la violette. Si la proportion de sève de pin introduite pendant la fermentation alcoolique est toujours la même (1 kilogramme pour 1 tonne de raisins), le rendu est très différent des habituelles cuvées caricaturales. Cela vient notamment de la maturation pelliculaire des baies d’assyrtiko pendant 5 à 8 jours qui font de cette cuvée le premier retsina orange ! Un véritable agitateur de papilles… Et pour des sensations de dégustation toujours très originales, direction le Frioul dans le nord-est de la Botte, près de la Slovénie. Là, le domaine Damijan Podversic titille la curiosité avec ses vins blancs aux macérations pelliculaires de 90 jours. Le vigneron, costaud gaillard, recherche en outre en amont des maturités très avancées, n’hésitant pas aller presque jusqu’à l’apparition de botrytis pour vendanger. Ses cuvées s’imposent comme atypiques, surprenantes. Son IGT Venezia Giulia Kaplja 2014 (27€) rappelle les abricots secs. En bouche, de fins amers accompagnent une matière franche, légèrement sèche. Le tout porté par une très belle acidité. Des vins qui sortent de l’ordinaire en somme, à l’image de ceux des Abbruzzes d’Emidio Pepe ou de Cirelli. Le trebbiano, le pecorino, le montepulciano sont autant de cépages qui emportent les sens. Pour les fêtes, le Montepulciano d’Abruzzo Riserva 1997 (185€) de Pepe pourrait bien renforcer la magie de Noël. Ses notes de cuir, de sève, de cerise à l’eau de vie sont comme un parfum, très long en bouche, porté par des tannins présents mais d’une grande finesse. La grande classe.