(photo shutterstock)
(photo shutterstock)

Quelques suggestions d’accords pour accompagner les crêpes de la Chandeleur avec une bouteille de vin.

Bon, d’accord, les crêpes, traditionnellement, c’est avec le cidre. Mais pourquoi d’ailleurs ? Parce que les crêpes sont une tradition bretonne et qu’en Bretagne, on ne produit pas (encore) de vin. Mais si vous n’êtes pas pommes ou que vous voulez varier les plaisirs, vous pouvez rester au raisin fermenté à condition de bien choisir le breuvage. Pour la couleur, tout dépend de la garniture. Commençons par le salé, c’est-à-dire ce que vous allez mettre sur votre crêpe de sarrasin. Avec du fromage de chèvre, on s’orientera vers un blanc sec, plutôt sauvignon, type sancerre, quincy, touraine, entre-deux-mers ; avec boudin et andouillettes, un blanc un peu épicé comme un crozes-hermitage ou un gewurztraminer ; avec saumon ou coquilles Saint-Jacques, un muscadet sur lie ou un cassis ; avec champignons et béchamel, un anjou, un macon-villages, un côtes-du-rhône, toujours en blanc. On peut s’orienter vers un rouge léger de type gamay du Beaujolais, pinot noir, plutôt d’Alsace, cabernet franc de Loire (Saint-Nicolas de Bourgueil) ou poulsard du Jura pour une galette complète avec jambon-oeufs-fromage. Vous pouvez aussi utiliser le vin blanc pour préparer des crêpes maison avec de la farine de blé (les Ch’tis y mettent plutôt un verre de bière). C’est d’ailleurs la recette que l’on retrouve dans le célèbre manuscrit culinaire Le Mesnagier de Paris du 14e siècle (la crêpe juste saupoudrée d’un peu de sucre… comme préconisée quelques siècles plus tard dans la fameuse tirade des Bronzés).

Un peu de sucre et de bulles

Passons donc au dessert et donc à la galette de froment. Mieux vaut s’orienter vers un blanc légèrement sucré comme un vouvray demi-sec, un côtes-de-Gascogne (colombard) ou un côtes-de-bergerac moelleux pour la plupart des garnitures, excepté le chocolat qui nécessitera un vin plus puissant comme un maury, un banyuls ou un vrai vin cuit de Provence. Le dessert peut aussi être l’occasion de redécouvrir clairette de Die ou blanquette de Limoux dont les fines bulles aromatiques vont rafraîchir le palais en fin de repas. A moins d’opter dès le départ pour les bulles, surtout pas extra-brut mais d’un champagne blanc de blancs un peu dosé, d’un crémant de Bourgogne ou d’Alsace avec de la rondeur.

Et n’oubliez surtout pas de faire sauter la première crêpe de la main droite avec un louis d’or dans la main gauche (une pièce d’un euro devrait faire l’affaire) pour s’assurer de la prospérité toute l’année.