La 23ème édition de Millésime Bio, salon international des vins biologiques, a fermé ses portes hier soir à Montpellier. Le succès de ce rendez-vous confirme son attrait auprès des professionnels. L’occasion pour « Terre de Vins » de mettre en lumière de beaux vignerons.

Comme annoncé par Patrick Guiraud en préambule du salon, qui se déroulait du 15 au 27 janvier au Parc des Expositions de Montpellier, la 23ème édition de Millésime Bio a confirmé son attrait auprès des professionnels, avec plus de 4500 visiteurs enregistrés en trois jours. Parmi ces derniers, les étrangers représentent 25, 5% de l’affluence, contre 22% en 2015. L’engouement des marchés européens pour le vin bio est confirmé par la forte présence des acheteurs européens hors France (88, 5% des étrangers). Parmi eux, le Bénélux (16, 6% des visiteurs européens), les Allemands (11, 25%) et les Scandinaves (10, 6%) composent le trio de tête, précise l’association SudVinBio dans un communiqué.

Cette 23ème édition a réuni 873 exposants de 14 nationalités différentes. Un véritable foisonnement de vins bio auquel l’équipe de « Terre de Vins » a tenté d’apporter la couverture la plus large possible. Sans oublier les événements « off » qui se sont multipliés en marge du salon : Oustiders, Affranchis, Vignerons de l’Irréel, le Vin de mes Amis, Roots 66, « Battle » Grenache-Carignan, interprofessions des vins du Rhône et du Beaujolais, nombreuses étaient les dégustations qui permettaient de rencontrer, hors du cadre très « pro » du Parc Expo, de passionnants vignerons.

Petite piqûre de rappel des portraits signés par « Terre de Vins » pendant le salon :

Sylvain Loichet : « il y a encore trop peu de vins bio en Bourgogne »

Domaine du Joncas : changement de vie à Montpeyroux

La Cave de Tain dans le bain du Bio

La Cave St Maurice joue la carte jeune

Clusel-Roch : le long chemin du Bio en Côte-Rôtie

A Lingua Corsa

Bret Brothers, Bio en tandem dans le Mâconnais

Robert Eden, Château Maris : « le monde a besoin de Bio »

Cathy et Camille Izarn : Borie la Vitarèle à quatre mains

Attention, jeune garde du Beaujolais en route