Alors que l’épidémie de coronavirus (Covid-19) provoque les annulations en série de grands événements du vin, quel sera le sort de la Semaine des Primeurs qui doit se dérouler du 30 mars au 3 avril dans le vignoble bordelais ? Pour l’instant, les organisateurs assurent que la manifestation est maintenue. Mais la prudence est de mise.

À qui le tour ? Après ProWein et Vinexpo Hong Kong puis Vinitaly reportés, les Grands Jours de Bourgogne annulés, quel sera le prochain grand événement du vin qui fera les frais de l’épidémie de coronavirus (Covid-19) ? Tous les professionnels ont les yeux tournés vers Bordeaux et la Semaine des Primeurs, qui doit se dérouler du 30 mars au 3 avril. Hier soir, une information circulait annonçant que la présentation du millésime 2019 serait reportée à l’automne – rapidement démentie sur les réseaux sociaux par Ronan Laborde, Président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux (UGCB).

Contacté par la rédaction de Terre de Vins, ce dernier confirme : “à ce stade de l’épidémie de coronavirus, l’Union des Grands Crus maintient les dates de la Semaine des Primeurs. Nous avons adressé ce matin aux membres de l’Union un communiqué annonçant que, dans le contexte anxiogène actuel, beaucoup d’événements sont certes annulés et qu’il faut faire preuve de vigilance quant à l’évolution de la situation, mais de notre côté nous ne prenons pas la décision de reporter la manifestation. Les choses évoluent rapidement : il y a une semaine la situation n’était pas alarmante en France, le nombre de cas déclarés s’accélère, mais les Primeurs se déroulant dans trois semaines et demi, nous allons examiner de près l’évolution sanitaire et les mesures prises par le gouvernement”.

Des assemblées générales prévues la semaine prochaine

Dès les rumeurs d’annulation de ProWein en fin de semaine dernière, l’équipe de l’UGCB était sur le pied de guerre. Ronan Laborde poursuit : “nous en avons parlé vendredi, nous en avons reparlé lundi avec les autres instances organisatrices des Primeurs. Nous avons décidé de ne pas prendre de décision à chaud. Nous avons un Conseil d’Administration et une Assemblée Générale de l’Union le 11 mars. Rien ne dit que nous prendrons une décision ferme à l’issue de cette réunion, mais c’est bien entendu un sujet que nous allons évoquer”.

De son côté, Philippe Casteja, Président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855, tient lui aussi un discours de prudence : “le Conseil des Grands Crus Classés 1855 n’est pas organisateur de la Semaine des Primeurs, je ne suis donc pas en mesure de dire si la manifestation doit – ou va – être maintenue. Nous devons avoir nous aussi un Conseil d’Administration le 12 mars, durant lequel nous allons réfléchir à une position commune. Les propriétaires des Grands Crus Classés 1855 sont tous des chefs d’entreprise et doivent faire preuve de responsabilité dans ce contexte délicat”.

Pour Emmanuel Cruse, Grand-Maître de la Commanderie du Bontemps, “il est urgent d’attendre. Gardons la tête froide car la panique engendre la panique. Pour l’instant, la plupart de nos clients expriment le souhait de venir à Bordeaux pour la Semaine des Primeurs, mais si cela implique qu’ils se retrouvent en quarantaine à leur retour de France, cela ne les enchante pas. Il faut donc regarder comment la situation va évoluer. Certains éléments peuvent s’imposer à nous : si l’épidémie bascule en Stade 3, cela peut nous forcer à prendre des décisions drastiques. Dans tous les cas, compte tenu de l’importance stratégique de la campagne primeurs, nous ne pouvons pas nous permettre de la saborder. Entre ne pas la faire du tout et la reporter de quelques mois, je préfèrerai toujours la deuxième solution. Mais nous n’en sommes pas encore là. On y verra plus clair la semaine prochaine”.

Les prochains jours seront donc décisifs. Et si la Semaine des Primeurs venait finalement à être annulée, quel impact cela aurait-il sur une filière bordelaise déjà fragilisée ? “Nous ne faisons pas de fiction”, répond Ronan Laborde. “Quoiqu’il arrive je pense que nous avons une capacité d’adaptation. Si les Primeurs devaient être reportés, ce ne sera pas une apocalypse et nous attendrons des jours meilleurs. Nous croyons en ce millésime 2019 et nous souhaitons avant tout le présenter dans les meilleures conditions possibles. Nous prendrons nos responsabilités”.