(photo : Sud Ouest)
(photo : Sud Ouest)

Suite à l’annonce de l’annulation de Vinexpo Hong Kong et la mise en place d’un Vinexpo Tour, Rodolphe Lameyse nous livre sa vision sur la situation actuelle, la manière dont son groupe va devoir s’adapter et comment l’environnement business va devoir évoluer pour survivre.

Comment vous-êtes vous adapté à la situation inédite que connaît le monde depuis quelques semaines ?
Le calendrier a été bouleversé à mesure que la situation se dégradait. Nous avions décidé de décaler Vinexpo Hong Kong mais avec la situation sanitaire toujours extrêmement difficile, il nous est apparu impossible de maintenir l’édition 2020. En commun accord avec le Conseil d’Administration, il a donc été décidé d’annuler purement et simplement l’édition 2020. Un crève-cœur évidemment, que nous partageons avec nos concurrents. Tous, qu’il s’agisse de ProWein, Vinitaly où nous-mêmes aurions préféré qu’il n’y ait pas d’annulation. Mais nous devons désormais faire face à cette situation encore inimaginable il y a seulement 4 mois. Si l’édition 2020 de Vinexpo Shanghai est bien maintenue du 21 au 23 octobre prochains, il a fallu retrouver une date pour pouvoir exposer à Hong Kong. Avec évidemment, un inévitable engorgement dû par les nombreux reports en tous genres.

Paris, Hong-Kong et New York sont programmées pour s’enchaîner en 3 semaines, n’est-ce pas trop rapproché ?
L’édition 2021 à Hong-Kong doit se tenir du 23 au 25 février, 2 semaines seulement après le Nouvel An chinois… Cette date est en outre très rapprochée de celle de Paris dont la tenue est prévue du 15 au 17 février. Nous avons toutefois décidé de faire de cette situation une force. Le monde des salons de demain ne pourra plus être le même. Nous ne voulons pas subir. Nous refusons le statu quo. Il nous faut être humble mais en même temps ne pas avoir peur de prendre des risques. J’ai demandé à toutes les équipes d’être particulièrement proactif. De là est née l’idée d’un Vinexpo Tour. En l’espace de trois semaines, nos clients vont pouvoir aller à la rencontre des leurs sur trois continents. Car qui peut imaginer que les clients asiatiques et américains se déplacent de la même manière qu’avant dans les mois à venir ? Et si nous n’y allons pas, les acteurs de la filière dans le reste du monde le feront. Nos équipes sont donc en train de définir le modèle de ce roadshow. Mais le paradigme va devoir changer. Pour que nos clients adhèrent à ce modèle, il faudra leur offrir des prix compétitifs permettant de réaliser de réelles économies.

On pourrait légitimement se demander si l’édition parisienne de Vinexpo ne risque pas d’être cannibalisée…
Soyons clairs, il ne s’agit en aucun cas d’affaiblir cette dernière. Bien au contraire ! Paris reste ma priorité n°1 en 2021. L’édition 2020 a fait naître beaucoup d’espoirs et nous avons la volonté avec nos équipes de replacer le cœur de l’industrie des vins et spiritueux en France.

Mais s’agissant de l’organisation même des futurs salons, quelle forme celle-ci prendra ?
Les acteurs de l’événementiel ont toujours été au rendez-vous des grands enjeux sociétaux qui se présentaient à eux. Nous avons récemment dû nous adapter aux nouvelles contraintes en matière de sécurité à la suite des attentats, nous l’avons fait. Demain, nous devons imaginer les solutions pour que nos salons où l’on goûte et où l’on crache du vin puissent se tenir dans des conditions optimales de sécurité sanitaire. La gestion de ces problématiques est tout simplement un enjeu de survie pour la filière. Bien sûr, il faudra mettre les gestes barrière au centre du dispositif, certainement imposer le port du masque. Mais alors comment déguster ? De même, nous réfléchissions depuis des mois à la place qu’allait prendre le digital dans nos salons. Les semaines passées ont montré toute la nécessité de cette réflexion. Ces défis sont immenses et certains partagés par notre partenaire Comexposium qui organise également de grands salons agro-alimentaires comme le SIAL. Nous les relèverons. A nous désormais de permettre à ce Vinexpo Tour de se passer dans des conditions optimales. C’est notre métier, nous le ferons. A nos clients de nous faire confiance, d’oser prendre le pari avec nous.