La cérémonie du Tour des Cartes, trophées des meilleures cartes des vins en France remis chaque année par Terre de Vins, se déroulait hier soir à Paris sous le parrainage de Patrick Bruel. Cette quatrième édition a salué une nouvelle fois l’excellence de la restauration française.

C’est dans le magnifique écrin du salon Opéra de l’Hôtel Intercontinental Paris – Le Grand que se déroulait hier soir la cérémonie du Tour des Cartes. Pour la quatrième édition de ses trophées récompensant les meilleures cartes de vins en France, Terre de Vins avait convoqué un parrain de choix : l’artiste Patrick Bruel – acteur, chanteur, néo-vigneron et amoureux du vin de longue date*. Malgré les difficultés de circulation qui frappent actuellement le pays, la grande majorité des 100 finalistes désignés la semaine dernière par le jury présidé par Philippe Faure-Brac avait fait le chemin pour assister à cette soirée placée sous le signe de la convivialité et de l’excellence. “Ce soir il y aura 10 lauréats, mais vous êtes tous, vous les 100 finalistes distingués par le jury du Tour des Cartes, des membres du club de l’excellence de la restauration française, et nous vous remercions pour votre présence à nos côtés”, expliquait Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins, en préambule de la cérémonie. C’est en effet à un travail de fourmi que s’est livré le jury, en détectant quelque 8000 établissements français, en retenant en octobre dernier 800 cartes des vins pour finalement concentrer la sélection sur 100 finalistes et 10 lauréats – 4 prix spéciaux et un grand vainqueur pour chacune des six catégories.

L’Alsace et le Languedoc en force cette année

Ce sont justement les prix spéciaux qui ont inauguré la cérémonie : le Prix Spécial de l’offre éco-responsable remis à l’établissement “Les Quatres Saisons” à Kruth (68) par Stéphanie Sinoquet de l’interprofession des vins de Bordeaux ; le Prix Spécial de l’offre de vin au verre remis à l’établissement Maison Kieny à Riedisheim (68) par Delphine Lorentz de vins Pays d’Oc IGP ; le Prix Spécial de l’offre Spiritueux remis à l’établissement Skab à Nîmes (30) par Olivier Goujon de l’interprofession de l’Armagnac ; et enfin le Prix Spécial de la meilleure progression de carte remis par le président du jury Philippe Faure-Brac à l’établissement Hôtel Royal à Evian les Bains (74). Philippe Faure-Brac qui a pris soin d’insister sur cette notion de progression et d’évolution nécessaire d’une cartes des vins : “une carte des vins c’est toujours une photographie à un instant bien précis, mais elle évolue, elle vit. Notre travail est de la faire grandir, de l’enrichir, de sentir les évolutions des tendances et des attentes des consommateurs : il se caractérise dans le temps, c’est pourquoi nous avons voulu remettre pour la première fois ce prix de la meilleure progression”, a-t-il précisé avant de saluer le patient travail collectif réalisé par le jury et par l’équipe de Terre de Vins, emmenés par Joëlle Weiss Boisson qui pilote les trophées depuis leur création. Le président du jury a également fait un appel du pied à son confrère Serge Dubs qui, après avoir inauguré le Tour des Cartes il y a quatre ans, pourrait bien lui succéder de nouveau l’année prochaine.

La suite de la soirée s’est enchaînée avec l’annonce des lauréats dans les six catégories majeures du Tour des Cartes : “La Boucherie” pour la catégorie Restaurants de Chaînes Nationales ; “L’Endroit” (Montpellier, 34) pour la catégorie Bars à Vins ; le “Wine Bar Le Cheval Blanc” (Nîmes, 30) pour la catégorie Brasseries, Bistrots et Restaurants Bistronomiques ; “Marius” (Pornic, 44) pour la catégorie Restaurants Traditionnels ; “Le Chapon Fin” (Bordeaux, 33) pour la catégorie Restaurants gastronomiques ; et enfin la “Table d’Olivier Nasti” (Kaysersberg, 68) pour la catégorie Restaurants gastronomiques de prestige. Six lauréats qui sont donc les grands gagnants de l’édition 2020 du Tour des Cartes et incarnent l’excellence de la restauration française en matière de cartes des vins (suivre ce lien pour voir le palmarès complet avec les finalistes).

Patrick Bruel, un parrain passionné

Avant que tout ce beau monde se réunisse dans un salon annexe de l’Intercontinental pour déguster quelques merveilles d’Armagnac (en digestif ou en cocktail), le mot de la fin est revenu au parrain de la soirée, Patrick Bruel, qui bien qu’habitué des cérémonies du monde du cinéma ou de la musique, nous a confié être “très touché par l’ambiance chaleureuse de cette soirée du Tour des Cartes. Il n’y a ici que des passionnés, des établissements à découvrir – mais aussi des vins. J’ai fait de belles découvertes ce soir, notamment un Sociando Mallet 2011 que je ne connaissais pas”, explique celui qui a connu sa première émotion au fond d’un verre de Lafite 1929 à l’âge de… 12 ans. “Le vin c’est de la rencontre, c’est du partage, et cette cérémonie permet de saluer des établissements qui célèbrent cela. Quand je suis en tournée, nous mettons toujours un point d’honneur avec les musiciens à dénicher dans chaque ville de bonnes adresses pour bien manger et bien boire, surtout des bistrots, qui font une vraie cuisine du cœur. On a pu trouver des tables à Aurillac, absolument merveilleuses, et à des prix incroyables ! Pour moi c’est très important, je ne conçois pas de ne pas partager ces moments autour d’une table ou d’une bouteille, qui sont les meilleures façons de prolonger des moments”. Néo-vigneron depuis peu de temps dans le sud de la Vallée du Rhône (voir “Terre de Vins” n°63 en kiosques cette semaine), sait que le vin est affaire de temps long, d’humilité et de transmission – la transmission qu’il souhaite faire à ses enfants lorsque les vignes auront 30 ou 50 ans. En attendant, il savoure ce fil conducteur entre musique, cinéma, gastronomie et vin : celui de la passion.

* Lire son interview dans Terre de Vins n°63, en kiosques cette semaine.

Photos Michael Boudot.