Petite appellation de vins liquoreux à la belle notoriété, Loupiac maintient ce week-end, le 28 et 29 novembre, les marchés fermiers dans dix-huit châteaux malgré les restrictions sanitaires. En privilégiant le “drive”.

“Toutes les précautions ont été prises pour maintenir l’évènement en toute sécurité”, insiste Marie-Laurence Sanfourche, au Château Loupiac-Gaudiet. Ces samedi 28 et dimanche 29 novembre, les 24èmes journées “Loupiac et Foie gras” auront bien lieu dans dix-huit domaines de l’appellation : chaque château s’associe avec un producteur de foie gras des Landes pour proposer un marché fermier au domaine. Contexte sanitaire oblige, la formule du drive (une réservation en ligne ou au téléphone puis un retrait sur place) est privilégiée, même si les domaines sont prêts à accueillir à l’extérieur les visiteurs. Les dégustations seront possibles, mais pour se rendre dans les châteaux, il faudra se munir d’une attestation de déplacement (avec pour motif des achats) ainsi que du formulaire de pré-commande du drive en guise de justificatif.

“L’esprit sud-ouest” défendu par les vins de Loupiac ne compte cependant pas se laisser abattre pour les fêtes. A plus d’une demi-heure de Bordeaux, la petite appellation de vins blancs liquoreux conserve son dynamisme, porté par des ventes positives. “Incontestablement, à Loupiac, on n’est pas en difficulté”, confirme Lionel Bord, qui confie même refuser certains marchés. Le propriétaire du Clos Jean et du Château Loustalot, entre autres, est un des initiateurs de ces journées Loupiac et Foie gras. “Loupiac, c’est magique. Nous sommes une petite appellation avec de petits moyens, mais une très belle notoriété.”

Plus acides et fruités

Comptant 30 viticulteurs sur 360 hectares, l’appellation produit entre 12 et 14 000 hectolitres par an (soit environ plus de 1,6 million de bouteilles). Faits avec du sémillon (majoritaire), du sauvignon et de la muscadelle, les vins de Loupiac proviennent de raisins récoltés à surmaturité, c’est-à-dire botrytisés ou passerillés sur souche. Avec Cadillac et Sainte-Croix-du-Mont, Loupiac fait partie des appellations de vins liquoreux du vignoble bordelais situées sur la rive droite de la Garonne. En face, sur la rive gauche, se trouvent Cérons, Barsac et bien sûr Sauternes avec ses prestigieux grands crus classés.

Mais Loupiac a eu le flair d’anticiper la tendance du marché. “Dans les années 90, explique Lionel Bord, Loupiac a fait le choix d’aller vers des liquoreux moins sucrés, avec plus de fruité et d’acidité. Ce virage nous a donné raison. Nos vins sont reconnus comme plus faciles à boire, laissant le palais moins empâté par le sucre.” Il y a trois ans, les journées Loupiac et Foie gras attiraient entre 10 et 15 000 personnes, estime le syndicat viticole de Loupiac. “Il y avait entre 1500 et 2000 personnes au domaine”, assure Lionel Bord. Puis l’évènement, poursuit le viticulteur, a pâti coup sur coup de l’actualité : les gilets jaunes en 2018, le mouvement contre la réforme des retraites en 2019 et l’épidémie de Covid-19 cette année.

Temps fort des ventes

Pour autant, le syndicat des vins a tenu à maintenir l’évènement. “Ça aurait été trop facile de faire l’impasse cette année”, reprend Lionel Bord. D’autant que pour ces liquoreux des coteaux de la Garonne, contenant au minimum 45 g de sucre par litre, les fêtes de fin d’année restent un temps fort des ventes. “La période représente environ 30% des ventes pour notre domaine”, estime Daniel Sanfourche, au Château Loupiac-Gaudiet, incluant également les ventes à l’export pour le nouvel an chinois. “Mais heureusement, nous ne vivons pas qu’avec les fêtes de fin d’année”, nuance le viticulteur, également président du syndicat viticole de Loupiac.

“Notre grande satisfaction est d’accueillir des visiteurs plus jeunes, qui apprécient nos vins en plein été, avec un melon”, explique Marie-Laurence Sanfourche. Sur le même modèle que les journées gourmandes d’hiver, le syndicat réfléchit de longue date à une manifestation en été. Et aux esprits chagrins qui trouvent l’association liquoreux-foie gras trop traditionnelle, Lionel Bord rappelle l’origine des journées gourmandes : “à l’époque, on parlait beaucoup des liquoreux avec la cuisine asiatique. Nous avons voulu revenir sur quelque chose de plus local.”

Loupiac et Foie gras
28 et 29 novembre 2020
www.vins-loupiac.com