Les huit finalistes de la quatrième édition du Concours du Meilleur Caviste de France sont arrivés à Bordeaux ce week-end. Ils étaient réunis hier soir pour un grand diner en présence des partenaires de la compétition. Coup d’envoi des épreuves ce matin à la Cité du Vin, en attendant le verdict ce soir !

C’est à 9 heures ce matin que démarrent les épreuves de la finale du Concours du Meilleur Caviste de France à la Cité du Vin de Bordeaux. Pour les huit candidats encore en lice, la journée s’annonce intense, avec deux épreuves ce matin, deux épreuves cet après-midi et un retour sur l’épreuve du « client mystère », qui a eu lieu en amont dans la boutique des candidats, jugée par le jury de la compétition. À l’issue de cette journée marathon, le gagnant de cette quatrième édition sera désigné : il viendra succéder à Stéphane Alberti, Philippe Schlick et Cyril Coniglio, qui ont remporté les éditions précédentes.

Tous les candidats sont arrivés à Bordeaux ce week-end et ont participé hier soir à un dîner en présence des partenaires de l’événement : Champagne Canard-Duchêne, Dourthe, Calmel & Joseph, Eurocave, Inter-Rhône et le BNIC – mais aussi Kressmann, Edmond de Rothschild Héritage, CVBG, Fonseca, Penfolds et Diam. L’occasion pour tous ces partenaires de renouveler leur soutien à la filière caviste, quelque peu chahutée depuis quelques mois par la pandémie de Covid-19, mais aussi de mieux faire connaître leurs produits auprès des professionnels présents.

Du côté des finalistes, ce moment de détente était bienvenu avant d’entrer aujourd’hui dans le vif du sujet. Arrivé d’Auvergne dès vendredi pour faire une « mise au vert » en Gironde, Franck Naudot, qui va disputer sa troisième finale, garde la tête froide : « lorsqu’on est à la veille de la finale, cela ne sert plus à grand chose de se replonger dans les révisions, tout le travail a été fait en amont. Ce sont des années de préparation, donc le Jour J, on doit être prêt ». Un avis partagé par Olivier Thibaut, de la cave La Treille d’Or à Paris : « c’est une préparation au long cours pour arriver jusque-là, ce n’est pas dans les derniers jours que l’on va faire la différence ». Reste à bien gérer la pression de l’événement. Pour ceux qui ont déjà participé à la compétition, les repères des éditions précédentes peuvent aider. Pour d’autres, il s’agit de plonger dans le grand bain de la nouveauté, comme Serge Colin, du Repaire de Bacchus dans le 18ème arrondissement de Paris : pour sa première participation, ce candidat passé par la liste d’attente atteint d’emblée la finale ; la journée qui s’annonce sera donc pleine de surprises. Les autres candidats, Philippe Ball, Julien Lepage, Olivier Leseul, David Morin et Matthieu Potin, ont tous leurs petits secrets pour appréhender au mieux l’enjeu de cette finale. A 22h30 hier soir, chacun était rentré dans sa chambre pour une bonne nuit de sommeil.

Un seul de ces huit finalistes sera sacré ce soir « Meilleur Caviste de France ».

Photos Solène Guillaud