Déambuler dans les allées du plus grand salon des vins bio du monde, c’était encore possible (in extremis) en 2020… En 2021, le salon Millésime Bio est maintenu, en version 100% digitale : un site, des prises de rendez-vous, le monde des vins bio s’ouvre sous votre clavier. Visite guidée !

Tout commence par l’inscription en ligne. À partir de là, on entre dans le salon virtuel, pour effectuer une visite virtuelle du stand d’un exposant : visionner une vidéo du domaine (elles fleurissent sur les réseaux sociaux), visualiser les photos des bouteilles, consulter les fiches techniques, découvrir les nouveautés, échanger les coordonnées, engager un chat en direct avec l’un des 1 000 exposants venus de 16 pays sur la toile (soit 15% de nouveaux exposants). Parmi les étrangers, on note la présence affirmée de l’Espagne et de l’Italie, encore là en force, même si les germaniques s’affirment (et notamment les Autrichiens avec des vins ciselés très soignés qu’on adore).

Restons en France (80% des exposants), la Champagne tient une belle part avec douze producteurs extrêmement qualitatifs (dont les maisons Barbichon, Couche, Fleury, Larmandier-Bernier, Leclerc-Briant… qui ont eu l’occasion de s’illustrer dans nos colonnes).
Bordeaux n’est pas en reste avec des dizaines de domaines et entreprises engagés dans le développement durable via la certification AB : nous aimons à citer le Château Anthonic, distingué par les Trophées Bordeaux Vignobles Engagés 2019 pour leur action en faveur de l’intégration des Apprentis d’Auteuil par le travail des vignes en bio. Incontournables, bien sûr, Bordeaux Vinéam, Château des Annereaux ou Château Beynat, nominés par les trophées BVE 2020 que nous retrouvons à Millésime Bio. Arrêtons l’énumération car nous allons oublier trop de vertueux producteurs!

L’Occitanie reste la première pourvoyeuse d’exposants au salon Millésime Bio (35% des 80% d’exposants français), né dans la région voici 26 millésimes. Nous avons gardé un vigneron en tête, un spécialiste des rouges des Aspres nés sur les contreforts du Canigou : Charles Perez au Mas Bécha, qui lance deux blancs, l’un à dominante de grenache gris complété de macabeu, l’autre à dominante de vermentino, là encore complété de macabeu. Ces nouvelles cuvées Hipgnosis doivent leur nom à un collectif de graphisme britannique formé en 1968 et qui a créé des pochettes d’albums novatrices pour des groupes de rock aussi progressifs que Pink Floyd, Genesis ou Led Zeppelin. La 143, dominante de grenache, déchire en minéralité droitissime ; la seconde, 159, vermentino plus gras, séduit par une gourmandise assumée. Charles Pérez se régale de travailler les blancs et nous y gagnons tous !