Nadia Lelandais à Wine Paris (photo I. Bachelard)
Nadia Lelandais à Wine Paris (photo I. Bachelard)

L’Alsace est une région moderne, mais curieusement aucune femme n’avait jamais été engagée à la direction d’une cave coopérative. A la cave Les Faîtières d’Orschwiller-Kinztheim, Nadia Lelandais pilote le premier millésime certifié HVE.

Nadia Lelandais est arrivée officiellement à la direction de la cave coopérative Les Faîtières d’Orschwiller-Kintzheim (Bas-Rhin) le 4 novembre 2019, mais prévoyante, elle avait déjà un pied dans la maison pour la vendange, saison chaude et active de la vie d’une cave. Aujourd’hui elle présente la nouvelle image qui joue sur le nom Les Faîtières – évoquant le toit pointu de ses bâtiments – ses nouvelles étiquettes ainsi que sa nouvelle charte graphique. Elle est fière que les vins de cette première récolte 2019 soient certifiés HVE 3 (haute valeur environnementale) car cela veut dire que la totalité des 65 vignerons de la cave créée en 1957 se sont engagés dans un mouvement écologique. Un premier pas de la transition qui voit 12% des surfaces engagées officiellement en conversion biologique en cette année 2020.

Une vision claire du monde du vin

Nadia Lelandais est une pure incarnation de la nouvelle région Grand Est. Elle a fait carrière dans le management, le marketing et l’innovation en Champagne et en Alsace. Passée par le groupe Marne & Champagne avec les marques Besserat de Bellefon et De Venoge ainsi que les bières Kronenbourg, elle s’est frottée aux rouages de la coopération chez le géant champenois Nicolas Feuillatte mais a aussi eu l’occasion de relancer sur le marché international les fameuses cocottes en fonte Staub, que pas un seul cuisinier n’ignore tant elles savent mijoter avec simplicité. Cette blonde quinquagénaire aux yeux clairs possède une vision précise du monde du vin. Passée entre deux postes par un MBA à l’Ecole de Management de l’Université de Strasbourg, elle a rédigé son mémoire de recherche sur “Les axes de valorisation des vins français dans un contexte de marchés internationaux en mutation”.

L’œnotourisme comme expérience du territoire

L’ambition de Nadia Lelandais est de changer le regard sur les coopératives en mettant en avant des cuvées de caractère, telles le Château de Kintzheim, le lieu-dit Coteaux du Haut-Koenigsbourg (riesling et gewurztraminer), le rouge de Saint-Hippolyte et bien sûr le grand cru Praelatenberg. Les Faîtières est à échelle humaine avec ses 140 hectares travaillés par 65 familles depuis trois générations. Elle produit entre 1,5 et 1,8 millions de bouteilles, dont près de 20% sont vendues au caveau, dans la jolie maison idéalement placée sur la route du vin, à quelques vols de cigognes des Château du Haut Koenigsbourg et de Kintzheim, près de la limite entre le Bas-Rhin et le Haut-Rhin.

Avec son président Jean-Paul Eblin, elle établit une gouvernance moderne, une vraie co-opération au sens de l’union des talents, affirmée par le #UniondeTalents répété sur les réseaux sociaux. Elle croit beaucoup à l’œnotourisme qui contribue à la réputation des appellations : “Il permet une véritable expérience de territoire. Avec l’œnotourisme, vous créez un lien solide avec le consommateur. Bien au-delà du nombre de bouteilles vendues”.

www.cave-orschwiller.fr