(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

Comme chaque année, la mythique marque australienne lève le voile sur sa nouvelle collection. Un ensemble de 16 cuvées permettant de voyager à travers le style Penfolds et les différentes régions australiennes. Avec de belles découvertes.

Il est assez drôle de penser que Penfolds appartient au “Nouveau Monde” depuis sa création en 1844 ! Mais la maison prouve qu’en dépit de ses 176 ans, elle n’a rien perdu de son dynamisme et de sa capacité à toujours aller de l’avant. Une vertu cardinale que les différents winemakers successifs ont faite leur, et notamment Peter Gago, l’actuel chef d’orchestre de cette incroyable partition australienne. On se souvient l’an passé du partenariat entre Penfolds et les champagnes Thiénot ayant donné naissance à 3 cuvées de champagnes “co-brandées”. Une manière nouvelle et originale d’exprimer le style et la vision de deux acteurs majeurs du monde du vin. La maison australienne se lance aujourd’hui dans un nouveau défi, celui d’exporter le style Penfolds sur les terres californiennes. Et inventer demain le futur Grange (leur cuvée mythique) made in USA… Les projets ne manquent donc pas mais cela ne se fait pas au détriment de la collection de cuvées maison. Une majorité d’entre elles expriment ce qui a fait le succès et la réputation de Penfolds : l’assemblage de terroirs issus de régions différentes. En version française, cela donnerait des vins qui puiseraient un peu de leur personnalité dans le Languedoc et un peu dans les Côtes du Rhône. Inhabituel sous nos latitudes, mais intéressant dans l’absolu. Il en va ainsi des Bin 407 2018 (80 €) et Bin 707 2018 (520€ ), des cabernets-sauvignons issus de 6 régions australiennes différentes, deux vins charpentés, aux fruités bien mûrs. C’est aussi le cas du Bin 389 2018 (80 €), souvent appelé “Baby Grange”. Un nez délicat de fruits noirs, d’agrumes confits mêlés associé à une bouche d’une grande intensité et dotée d’une belle allonge. Et comment ne pas parler du nouveau millésime 2016 du Grange (650 €), un vin qui d’une classe folle au boisé déjà bien intégré et doté de tannins soyeux et filants ? Un monument qui fera date.

De belles personnalités

Au sein de la nouvelle collection 2020, certaines cuvées démontrent la véritable précision que les vins de Penfolds peuvent exprimer. Le chardonnay 2018 “Yattarna” (174 €) prouve toute la maîtrise de la vinification de grands blancs. Le vin est charmant, un peu boisé, mais doté d’une bouche franche, à l’acidité intégrée. Finement citronné, le vin sauvignonne légèrement avec ses pointes de pêche blanche qui évoluent vers un côté plus noisette. Et puis dans les rouges, il y a St Henri 2017 (100 €), un 100% syrah (ou plutôt shiraz, on est en Australie !) aux origines métissées. : Barossa Valley, McLaren Vale, Eden Valley et Port Lincoln, le gratin des régions viticoles australiennes ! Et à la clé, un vin d’une grande élégance, à la souplesse de texture tout à fait admirable compte tenu de sa chair intense. Un vin d’émotion, tout simplement. Si la collection Penfolds permet à tous les amateurs de trouver leur plaisir, entre des vins accessibles, très charpentés et mûrs et des vins mythiques au potentiel de vieillissement immense, elle laisse aussi une porte d’entrée plus évidente pour nos palais européens avec les deux cuvées Yattarna et St Henri. A goûter au moins une fois pour être immédiatement convaincu de la capacité de cette île du bout du monde à produire de très belles choses.