J-2 avant la révélation des lauréats de la deuxième édition des Trophées de l’Œnotourisme, organisés par Terre de Vins et Atout France. En attendant la fin du suspense, les partenaires de l’opération donnent leur éclairage sur cette édition 2020 un peu chahutée par le contexte sanitaire actuel.

Après la délibération du jury en janvier dernier, la remise des deuxièmes Trophées de l’Œnotourisme organisés par Terre de Vins et Atout France n’a pu avoir lieu comme prévu à Paris au Ministère de l’Europe et des affaires Étrangères le 25 mars dernier, confinement oblige. Outre Atout France, les Trophées sont accompagnés par le Crédit Agricole, les opérateurs de wine tours A la Française et Wine Paths, Les Bacchus de l’Œnotourisme-Destination Angers et Vatel Bordeaux, l’International Wine & Spirits Academy. Dans l’attente de la liste des lauréats qui sera diffusée ce vendredi 3 avril, nous avons interrogé quelques partenaires des Trophées pour avoir leur sentiment sur le concours.

A LIRE AUSSI : Trophées de l’Œnotourisme : découvrez les 100 finalistes

Hélène Benoist – Les Bacchus de l’Œnotourisme de Destination Angers
“Les Trophées de l’Œnotourisme nous permettent de relayer les candidatures des Bacchus Loire que nous avons créés il y a deux ans sur des catégories équivalentes pour tous les professionnels du tourisme et de la vigne des Pays de la Loire, de la Vendée au Sancerrois. Notre jury est également composé de professionnels du tourisme et du vin en collaboration avec des étudiants qui réalisent des visites tests des candidats avant que nous en débattions en réunions. Nous récompensons d’un Bacchus huit lauréats, un par catégorie, qui font partie des 100 finalistes des Trophées de l’Œnotourisme mais nous transmettons aussi la liste de tous les candidats qui répondent aux critères. Nous travaillons par réseaux à la fois viticoles et touristiques, des Interprofession, des restaurateurs, des hébergeurs et bien sur des domaines. Nous avons constaté que l’offre est de plus en plus qualitative avec des embauches croissantes de chargés de l’œnotourisme, même si il y a toujours de nombreux postes à casquettes multiples. Cela dépend souvent de la taille du domaine”.

Pierre-Jean Romatet – A la Française
“Notre entreprise avait gagné en 2013 le Grand Prix de l’Oenotourisme ; cela nous a donc semblé une suite logique d’être désormais aux cotes des propriétés aux initiatives remarquables et de les soutenir dans leur démarche. J’ai été impressionné par la créativité et la qualité des dossiers; cela renforce ma conviction que l’œnotourisme est à l’avant-garde des aspirations des voyageurs locaux et des internautes en quête d’authenticité, de rencontres, de sens et de savoir-faire qui doivent être mis en avant. J’aime être un acteur de ce marché, l’un des principaux en matière de wine tours en organisant désormais 50 000 voyages par an, et fier d’être membre du jury pour leur permettre de se faire connaître. Bordeaux a beaucoup grandi entre 2011 et 2017, grâce au TGV, au dynamisme de la ville, à la Cité du Vin; la Bourgogne reste une destination plutôt d’amateurs haut de gamme, on constate beaucoup d’initiatives dans le Rhône, à Châteauneuf, en Provence… et la Champagne est de plus en plus demandée. L’offre correspond de plus en plus aux attentes des voyageurs qui, on l’espère, vont vouloir se rattraper après l’épidémie”.

Régis Glorieux – Vatel Bordeaux
“Les Trophées de l Œnotourisme nous ont semblé une bonne initiative dans le concret et la réalité du terrain, en complément d’Atout France avec une vision plus administrative. L’avantage est qu’ils ont une dimension nationale et qu’ils fédèrent les initiatives d’exploitations de toutes tailles. Ce melting-pot est particulièrement intéressant. Nous avons voulu être partenaire de ces Trophées d’abord parce que via notre MBA de management en vins et spiritueux, nous accueillons de nombreux étudiants qui font des stages dans l’œnotourisme en Bordelais mais également dans toutes les régions. Ce partenariat participe à notre référentiel et à nos formations globales en confortant notre image de sérieux, en favorisant les contacts avec les professionnels de tous les vignobles pour trouver stages et jobs à nos étudiants de 58 nationalités”.

Michel Bernard – président du cluster Œnotourisme d’Atout France
“L’intérêt majeur des Trophées est de nous aider à la structuration de l’offre, à mieux l’organiser et de participer à l’élaboration de vraies stratégies. Cela aide aussi Atout France à voir les tendances. Comme pour les concours de vins, ce type de manifestation prête parfois à la critique, certains nous accusant de remettre des médailles en chocolat, mais les domaines qui exposent une véritable démarche comme ceux qui présentent leurs bouteilles se donnent la peine de comprendre, de trouver des idées, de progresser. Depuis 20 ans, l’œnotourisme n’a cessé d’évoluer et cela continue. Il y a plusieurs façons de faire de l’œnotourisme, d’où l’intérêt de présenter plusieurs catégories, certains candidats pouvant même postuler dans plusieurs. En ce sens, les Trophées aident les domaines à affiner leur choix, donnent des idées comme celles présentées chaque année dans le Hors-Série Œnotourisme de Terre de Vins. Quand on est confrontés à la concurrence, on en retire toujours quelque chose”.

Rendez-vous le 3 avril pour connaître le palmarès 2020 des Trophées de l’Œnotourisme !