(photo Marie Vidal Vigneron)
(photo Marie Vidal Vigneron)

L’Aude commence à mesurer les dégâts après les pluies torrentielles des 15 et 16 octobre. Le 17 octobre, l’arrêté reconnaissant l’état de catastrophe naturelle est paru au journal officiel avec la liste des communes concernées. Toutes les parcelles ne sont pas encore accessibles, le recensement des dommages est toujours en cours. Mais la cartographie des zones touchées vient d’être communiquée par le CIVL (interprofession des vins du Languedoc), qui commence par une bonne nouvelle : le millésime 2018 n’a pas été impacté.

« Les appellations Cabardès et Minervois ont été les plus durement touchées par les intempéries. En Cabardès, tous les vignobles de l’AOC ont été touchés par le ravinement extrême et de lourds travaux d’hiver sont à prévoir. Plusieurs chais ont été inondés, atteignant les machines (pressoirs, pompes, etc.) Heureusement, les vins stockés ou en fermentation dans les cuves toujours surélevées pour les besoins du travail ont été épargnés… Du côté des autres appellations audoises, peu de dégâts à déplorer sur l’AOC Limoux excepté sur le secteur Saint-Hilaire et les abords des cours d’eau. Le vignoble de la Malepère n’a subi aucun dommage. La zone Corbières et Corbières Boutenac a été relativement préservée ; même si certains n’avaient pas encore vendangé, les parcelles pourront l’être dans les jours à venir. Seules sont à déplorer des inondations de vignes déjà récoltées qui nécessiteront des travaux de relevage. Concernant les appellations héraultaises, le vignoble de Saint-Chinian a subi d’importants ravinements sur les parcelles d’AOC situées sur les coteaux et certains murets se sont effondrés. Toutes les autres appellations du Languedoc ont été épargnées par les conséquences de ces fortes pluies », explique le CIVL. Illustration avec deux caves ont subi des dégâts particulièrement importants. En Cabardès, Stéphanie Ramé de la Maison Ventenac, présidente de l’appellation, a eu son chai inondé, 30 000 bouteilles qui ne peuvent être commercialisées et 3 à 4 hectares de vignes couchées. À Bize-Minervois, le domaine du Loup Blanc a eu 1 mètre d’eau dans sa cave de stockage, 35 0000 bouteilles à reconditionner, beaucoup de matériel agricole détruit et toutes les vignes le long de la rivière abimées.

Expertise et solidarité

La Chambre d’agriculture de l’Aude est l’interlocuteur unique, mandaté par l’ensemble des Organisations Professionnelles Agricoles. Depuis le 23 octobre, elle a ouvert un numéro vert (0 800 08 63 11) pour recenser les agriculteurs sinistrés. Cela permet d’organiser les expertises par les techniciens de la Chambre d’agriculture dès la fin octobre, afin d’évaluer les dommages indemnisables au titre de la procédure « calamités agricoles », pour déclencher les premiers versements dès janvier. L’Association Audoise des Agriculteurs Sinistrés, créée en 1999, est réactivée pour coordonner les opérations de solidarité selon les besoins recensés sur le terrain. Dès décembre, il est prévu une journée de solidarité agricole pour entamer la reconstruction.

Le Syndicat des Vignerons de l’Aude est aux côtés de ses adhérents et se fait l’écho de la solidarité vigneronne, dans la région comme venant d’autres régions, rapporte son président Frédéric Rouanet, à Paris, pour la commission viticole de la FNSEA.

Bertrand Cros-Mayrevieille, responsable de la communication de l’AOC Minervois, au cœur de la zone touchée, a été frappé par la solidarité qui s’est spontanément manifestée : « l’entraide a été immédiate, pour ranger, nettoyer, déblayer, au quotidien, dans la proximité, et c’est extraordinaire. Il ne faut pas oublier le contrecoup à moyen terme, avec des dégâts à nettoyer et de l’attente sur des mois et des mois, d’où l’intérêt de la cellule psychologique. »

Comment aider le Cabardès et le Minervois ?

Le soutien aux vignerons sinistrés de l’Aude est aussi possible à tout un chacun, comme interpelle Carine Sarda-Daure sur Facebook. Cette audoise peaufine sa formation viticole au domaine de Rouanet-Moncelèbe, à Cesseras, en Minervois La Livinière pour s’installer sur son domaine. Elle a vu son projet emporté par la pluie. Sa maison, à Puichéric, la « petite Venise « du Minervois a été complètement inondée. Or sa vente devait permettre financer l’achat de son vignoble. Elle reporte sont projet, et agit pour la communauté des vignerons touchés dans l’Aude, en faisant cette suggestion sur sa page Facebook : « bon nombre de caveaux (et de cavistes) ont réouvert, voire jamais fermé leurs portes. 
À ceux qui l’aiment et le défendent, à ceux qui souhaitent venir en aide aux vignerons et viticulteurs touchés une nouvelle fois (et ce, en dehors des réseaux sociaux) : je crois qu’il serait de bon ton d’acheter leurs vins ces temps-ci… et de les boire. Minervois, Cabardès, les autres aussi. »

La cave Anne de Joyeuse, à Limoux, vient de dédier sa cuvée Saint Hilaire aux sinistrés de l’Aude. AOP Limoux Rouge, cette « cuvée solidaire » (10,95€) reversera tous ses bénéfices aux communes sinistrées. On la trouve dans les boutiques Anne de Joyeuse dans le Limouxin et au Verre d’Un à Carcassonne.
www.leverredun.com

Enfin, l’Association Audoise des Agriculteurs Sinistrés fait un appel aux dons. Sous le contrôle de la direction des finances publiques, ces dons permettront de venir en aide aux agriculteurs sinistrés et de mettre en place les chantiers d’entraide. L’organisation est en cours, pour que les chantiers puissent débuter, dès la fin des expertises, d’ici la fin de l’année.
Les dons, par chèque à l’ordre de l’Association Audoise des Agriculteurs Sinistrés, sont à envoyer à :

ASSOCIATION AUDOISE DES AGRICULTEURS SINISTRES ZAC BONNE SOURCE
BP 40527
11105 NARBONNE CEDEX
Contact: 04 68 90 22 22