En raison des circonstances climatiques extrêmes de dimanche et lundi derniers, l’assemblage du Faîte, évènement-phare de Plaimont Producteurs (dans le Gers), se réalisera cette année de manière décentralisée, à Londres et à Toulouse.

Il faudra attendre quelques semaines supplémentaires pour découvrir de quel bois se chauffe le “Faîte” blanc 2011 et le faîte rouge 2010, les deux cuvées les plus prestigieuses de Plaimont Producteurs (Côtes de Saint-Mont, Gers). Avec un peu de retard, donc, mais avec une curiosité décuplée ! En raison des aléas météo des jours passés, les parrains de l’édition 2012 de l’assemblage du Faîte de Saint-Mont – le journaliste anglais Anthony Rose et l’œnologue Frédéric Siméon, du Domaine Le Cellier (Toulouse) – n’ont pu se rendre dans le Gers ce week-end.

Qu’à cela ne tienne, les bouteilles contenant les précieux nectars qui entreront dans la cuvée 2011 vont prendre la route et l’avion ! Les vignerons de Plaimont Producteurs ont en effet pris la décision de demander à leurs deux parrains de sélectionner chez eux, à Londres et à Toulouse, leurs assemblages à partir des bouteilles “anonymées” qui leur ont été livrées. Une dégustation élargie se tiendra en parallèle avec des œnologues, vignerons et salariés du groupe. Etape numéro deux : les résultats seront confrontés pour déterminer de façon définitive l’alchimie de cette cuvée que Plaimont Producteurs annonce “historique”. Le grand rendez-vous “Saint-Mont vignoble en fête”, qui se tiendra les 23, 24 et 25 mars prochains dans les caves d’Aignan, de Plaisance et de Saint-Mont, tombera donc à pic ! On y retrouvera également le grand épicurien du petit écran Jean-Luc Petitrenaud, invité d’honneur.

Le Faîte de Saint-Mont, c’est quoi ?
– Une cuvée particulière par son habillage (une étiquette en bois remplace la traditionnelle étiquette en papier). Ce procédé est inspiré d’anciennes bouteilles retrouvées enterrées dans de vieux chais de l’appellation.
– Un assemblage haute-couture. Trois micro-terroirs de Saint-Mont entrent en jeu. Des parcelles de sables fauves, typiques du terroir du Piémont, d’autres argilo-calcaires, plus classiques et, enfin, des parcelles d’argile à galet, entourant notamment la chapelle de Saint-Mont.
– Une “patte”. Celle de parrains prestigieux que Plaimont Producteurs sollicite pour obtenir les meilleurs jus. Après Olivier Poussier ou Gérard Basset notamment (tous deux meilleurs sommeliers du monde), la cuvée 2011 a donc été confiée au journaliste anglais Anthony Rose et à l’œnologue du Domaine Le Cellier, Frédéric Siméon.
– 20 000 bouteilles de rouge et 10 000 bouteilles de blanc concoctées chaque année sont distribuées via le réseau traditionnel (cavistes, restauration…) autour de 17 €.

www.plaimont.com

Cyril Charon