Photo: Jean-Bernard Nadeau
Photo: Jean-Bernard Nadeau

C’est à partir de 18h et jusqu’à 21h jeudi soir, que vous pourrez aller déguster les vins du Château Poitevin et des 46 autres propriétés présentes à la Grande dégustation des Crus Bourgeois du Médoc. Les différents nectars sont également disponibles dès à présent sur la vente privée en ligne organisée par Terre de vins et La Vinothèque de Bordeaux jusqu’au 8 novembre.

« Mon père avait plusieurs métiers. Il était contrôleur laitier et possédait 2 à 3 hectares de vignes, dont il portait la production à la cave coopérative. » C’est ainsi que Guillaume Poitevin décrit l’origine de la propriété, qui compte maintenant 45 hectares. Les photos sur les murs de la salle de dégustation racontent cette histoire familiale
touchante et respectueuse des anciens, typique des nombreuses créations de châteaux durant l’époque favorable des années 1970-1980. Guillaume se souvient : « En 1991, je dis à mon père : “On va faire le vin ici (sous-entendu pas à la cave coopé).” J’ai commencé avec rien. Mon père m’a donné 28 ares de vignes » avec lesquels, avec fierté, il produit 1 000 bouteilles l’année du gel. « J’avais un objectif qualitatif. C’était deux cultures différentes, produire du raisin pour la coopé ou faire un produit qualitatif dès le départ. Mais Papa avait confiance en mes capacités. » Puis, en 1997, « c’est un peu la bataille familiale : le contrat de cinq ans avec la cave coopé arrivait à son terme ». Celui-ci n’a pas été renouvelé.

Aujourd’hui, Natacha, l’épouse de Guillaume, s’occupe de la partie administrative. Cela permet à Guillaume de se consacrer à la partie technique et de réussir des vins qui « laissent parler le terroir et le cépage et qui s’éloignent des produits standardisés ». Il faut « réinterpoler les gens », lance-t-il. C’est ainsi qu’on sera surpris de déguster un Médoc Poitevin par nature 2019, rouge, sans soufre (9 €). « Le soufre masque les arômes. Une nouvelle référence mais déjà une constante dans la gamme. » Nez confituré de fruits rouges, tanins soyeux. Net et précis. Pas de barrique. Une conception accompagnée par l’œnologue Antoine Médeville. Et puis le Château Poitevin 2015, rouge (15 €). Nez légèrement torréfié, un vin rond, élégant, élevage maîtrisé. Accessible. Encore quatre belles années. S’intéresser aussi au remarquable blanc sec.

CHÂTEAU POITEVIN

33590 JAU-DIGNAC-ET-LOIRAC
05 56 09 45 32 – chateau-poitevin.com