Dégustations du millésime en Languedoc, suite. Et si on parlait du Minervois ? Tout comme les Coteaux du Languedoc et les Corbières, le Minervois a vu naître son AOC il y a trente ans. Que de chemin parcouru depuis !

Balade en Minervois – dans le verre – avec Bertrand Cros-Mayrevieille, responsable de la Maison des Vignerons du Minervois : il connaît chaque vigneron, chaque aire au sein de l’appellation et explique les crus en son sein. Car le Minervois revendique la typicité de ses terroirs, portée toujours par des vignerons convaincus.

Nouveaux crus

Sur l’exemple de La Livinière, qui a sa propre AOC depuis 1999, deux zones revendiquent leur reconnaissance. Après Cazels, qui avait fait l’objet d’un atelier l’an dernier et dont la demande est en cours, on parle cette année de Laure-Minervois, vaste commune en bordure de l’étang asséché de Marseillette, caractérisé par des sols de grès et un empilement de collines aux différentes inclinaisons et expositions « un terroir qui se démarque par la fraîcheur des vins et surtout une aventure humaine pour les vignerons qui revendiquent sa spécificité », résume Bertrand Cros-Mayrevieille.

Sur 2014, la différence entre les zones du Minervois a pris corps au contact d’un millésime compliqué : « il y a deux Montagnes Noires en Minervois, à l’Est une influence méditerranéenne, des terroirs secs et chauds, à l’Ouest une influence atlantique sensible et une végétation de montagne ». Cazels à l’Est et Laure à l’Ouest, parlent, notamment, de ces deux influences et elles se démarquent sur 2014, frais mais mûr et particulièrement digeste ; plus dense à l’est, plus long à l’Ouest.

Trente ans : ça se fête et ça se goûte !

Pour fêter ses 30 ans, le Minervois se recentre sur lui-même et sur l’humain. « Nous voulons partager les expériences que permet notre territoire, grâce à ses vignes, mais aussi son Histoire, ses productions gastronomiques, ses paysages… Et parler des hommes qui ont fait et qui font l’appellation ».

Le Minervois donne donc rendez-vous à ses visiteurs sur un tout nouveau site web www.leminervois.com, sur lequel on peut trouver tout le programme des festivités des Tastes du Minervois les 5 et 6 Septembre prochains.

Trente ans ça se fête, en se souvenant que la création de l’appellation avait été accompagnée du lancement du « Top Chef » de l’époque, un Concours Minervois Jeunes Cuisiniers pour les moins de trente ans qui avait couronné Philippe Etchebest ou encore Alain Passard et distingué des sommeliers comme Philippe Faure-Brac.

Le Minervois remet le couvert en 2015 avec un concours en ligne, ouvert aux professionnels mais aussi aux particuliers, chacun dans sa catégorie. Il faudra réaliser un plat et lui trouver l’accord met-vin qui lui convient avec un vin du Minervois, suivant trois thématiques possibles : cuisines du monde, street food et classiques français, qui seront les trois fils conducteurs des Tastes. D’ici septembre, le nouveau site www.leminervois.com mettra en outre en scène ses vignerons et, plus généralement, ses grandes figures dans le Road Movie du Minervois au sein d’un projet global Destination Minervois, plus largement tourné vers l’ensemble des richesses touristiques de la région.

Minervois 2014… parlons de rosés

On pense rarement rosé quand on pense Minervois et pourtant… Les 2014 sont croquants et appellent l’été, en particulier :
La cuvée Opéra du Château Villerambert-Julien (Château Millegrand) : entre fraise et pivoine, tendre et frais, un régal !
La cuvée Expression du Château La Grave, tendue et très rafraîchissante avec une jolie profondeur.
Le Printemps d’Eulalie du château Saint-Eulalie avec son fruit de cerise rouge et ses notes de fleur blanche, complexe et délicieux.

Anne Serres