Le 7 novembre prochain, on connaîtra le nom du nouveau Meilleur sommelier de France. Afin de rapprocher les candidats, un séminaire était organisé en Beaujolais par l’Union de la sommellerie française.

Un premier constat saute aux yeux, ils sont jeunes ! Moins de trente ans de moyenne d’âge. Les neuf candidats retenus le 29 février dernier pour disputer les phases finales du concours du Meilleur sommelier de France se connaissent plutôt bien. Certains étaient déjà réunis au même niveau de la compétition, il y a deux ans, à Beaune et beaucoup sont amis et adversaires en compétition depuis bien plus longtemps encore. Malgré cela, la direction de l’Union de la sommellerie française et Fabrice Sommier, son directeur des concours, souhaitaient les réunir pour les rapprocher un peu plus encore et leur proposer diverses animations le temps d’un séminaire.

Le rendez-vous était fixé à Romanèche-Thorins, au cœur du Beaujolais, et aucun ne manquait à l’appel. Gaëtan Bouvier (La villa Florentine, Lyon), Maxime Brunet (Restaurant William Frachot, Dijon), Bastien Debono (Oustau de Baumanière, Baux-de-Provence), Pierre Jacob (Le clos des sources, Thannenkirch), Jean-Baptiste Klein (Le Chambard, Kaysersberg), Florent Martin (George V, Paris), Tristan Ringenbach (Triovino, Lyon), Quentin Vauléon (Pavillon Ledoyen, Paris) et Pierre Vila Palleja (Le petit sommelier, Paris) ont ainsi profité de l’expérience des médaillés d’argent et de bronze du dernier concours mondial. David Biraud (France) et Julie Dupouy (Irlande) ont parlé de leur préparation, un travail au quotidien qui a débuté il y a 22 ans pour l’un et 9 ans pour l’autre.

Des vins de Madère à ceux de cépages du Languedoc

Les neuf demi-finalistes ont également suivi une MasterClass sur le thème des vins de Madère. En effet, pour la première fois cette année, une épreuve n’entrant toutefois pas dans le décompte des points du Meilleur sommelier de France, sera organisée en partenariat avec l’institut des vins de Madère. Exposé et dégustation d’une large gamme de vins ont permis aux candidats d’enrichir leurs connaissances dans le cadre de ce concours qui sacrera le premier « Expert Madère ».

De la même manière, Abbotts & Delaunay, par l’intermédiaire de Laurent Delaunay a procédé à une présentation de 17 vins de cépages produits en Languedoc-Roussillon. Une bonne révision pour tous les participants qui ont apprécié le travail réalisé autour de cette thématique par cette maison qui est également très implantée en Bourgogne.

Enfin, Nadège Descombes a abordé un autre univers, celui des eaux de vie et spiritueux. Elle a présenté les marcs, fines, liqueurs et crèmes de fruits produits par la maison Jacoulot dont la qualité du travail artisanal a été soulignée par tous les candidats.

Lesquels sont désormais entrés dans la toute dernière ligne droite du concours. Ils ont en effet rendez-vous le 6 novembre prochain à Toulouse pour la demi-finale. Le lendemain après-midi, ils ne seront plus que quatre et le meilleur d’entre eux sera sacré Meilleur sommelier de France.