Ci-dessus : Charlotte Guyot, Philippe Nusswitz (président régional des sommeliers), Clément Rogé et Serge Gradassi (président du syndicat des vignerons).
Ci-dessus : Charlotte Guyot, Philippe Nusswitz (président régional des sommeliers), Clément Rogé et Serge Gradassi (président du syndicat des vignerons).

Vainqueur du Trophée des terroirs du sud-ouest en 2018, le sommelier-caviste toulousain, champenois d’origine, a remporté la première édition d’une épreuve qui réunissait 26 candidats venus de toute la France.

La sommellerie comme vecteur de communication et un concours comme outil de valorisation de cette profession, voici les deux axes qui ont mené à la naissance du premier Trophée du jeune sommelier. Et pour atteindre ces objectifs, le Syndicat des vignerons de Châteauneuf-du-Pape et l’association des sommeliers du Languedoc-Roussillon – Vallée du Rhône sud ont uni leurs compétences. Avec pour résultat une épreuve organisée avec précision et rigueur ce samedi 28 septembre dans les locaux mêmes du syndicat.
Les 26 candidats inscrits ont pu constater sans s’attarder que les vendanges étaient loin d’être achevées entre plateau rocailleux et rive du Rhône et surtout que le comité technique du concours avait choisi de mettre la barre haute. Et face à ce niveau de difficulté Clément Rogé s’est montré le plus performant, devenant ainsi le premier lauréat d’un trophée au terme d’une finale à quatre tant l’écart était infime entre le troisième et son suivant à l’issue de la sélection qui avait occupé toute la matinée.

Six ateliers différents attendaient donc le futur vainqueur, sommelier-caviste à Le temps des vendanges à Toulouse, Dorian Toussaint (La quille à Metz), Vincent Bourrier (La bonne étape à Château Arnoux) et enfin Romain Hache (Le théâtre du vin à Strasbourg) classés dans cet ordre à la fin. S’ils ont évoqué l’œnotourisme, réalisé le carafage d’un magnum ou encore abordé deux types d’approche du travail d’accord mets-vins, deux autres exercices ne manquaient pas d’originalité. Dans l’un, notamment jugé par Charlotte Guyot, Meilleur jeune sommelier de France en titre et marraine de l’épreuve, cinq verres de Châteauneuf-du-Pape étaient présentés. Des vins issus d’un monocépage du millésime 2016 dont le jury attendait l’identification. Avec un petit piège puisque sur les cinq, deux étaient des 100% grenache…

Ensuite, sous les yeux d’Anne Serres (Terre de vins) et Daniel Coulon (domaine de Beaurenard) les finalistes devaient reconnaître huit grappes de raisin (3 de blancs et 5 de rouges) faisant partie des treize cépages autorisés sur l’appellation.

De quoi permettre au vainqueur de confirmer ses qualités de compétiteur. Car s’il ne s’imaginait pas un jour évoluer dans le milieu du vin, Clément Rogé a remporté à l’ombre du célèbre château son deuxième trophée après celui des Terroirs du sud-ouest obtenu à Toulouse en mars 2018.