(Photos I. Bachelard)
(Photos I. Bachelard)

Dès le début des années 1970, l’Alsace s’est tournée vers l’agriculture biologique et biodynamique. Aujourd’hui la nouvelle génération reprend le flambeau et permet à à l’Alsace de se positionner parmi les vignobles européens les plus verts.

Par la bouche de Gilles Neusch, directeur du CIVA, Conseil interprofessionnel des vins d’Alsace, l’Alsace, leader de la biodynamie en Europe, a souhaité rendre hommage à son pionnier, le vigneron Eugène Meyer qui a remis en cause toutes ses pratiques dès 1968. C’est une grave intoxication aux insecticides qui lui a ouvert les yeux et l’a convaincu d’abandonner les produits phytosanitaires conventionnems. Adepte de l’homéopathie, il a écouté son médecin qui lui a dit « Essayez de voir s’il y a une autre voie…  »

La biodynamie, peu connue dans les années 1970

A cette époque, Eugène Meyer a eu du mérite de se tourner vers la biodynamie, car il n’y avait pratiquement pas d’information sur les méthodes initiées par l’autrichien Rudolf Steiner (1861-1925), qui prônent un équilibre entre la plante et son environnement. Sans écrit, sans collègue dont s’inspirer, il a dû tâtonner et aller voir les maraichers allemands pour apprendre. A force de persévérance et d’observation, en acceptant des récoltes d’abord réduites, il a réussi. Aujourd’hui, son fils François Meyer est fier de voir que celui qu’on traitait d’urluberlu avait raison et a fait des émules. Dans son village de Bergholtz (Haut-Rhin) il y a trois producteurs qui commercialisent leur vin. Les trois sont passés au vert. Et le fils de François, 23 ans, suit bien-sûr le chemin.

700 hectares en biodynamie

D’autres vignerons ont suivi, très vite Marc Kreydenweiss (Andlau, Bas-Rhin) et Jean-Pierre Frick (domaine Pierre Frick à Pfaffenheim, Haut-Rhin)… Aujourd’hui, parmi les 175 domaine certifiés en bio que compte l’Alsace, 60 d’entre pratiquent également la biodynamie, dont 50 certifiés par Demeter et 18 par Biodyvin (8 le sont par les deux labels). Cela représente 700 hectares soit 4,5% du vignoble alsacien et des noms comme Albert Mann, Ostertag, Bott-Geyl, Muré, Trapet, Weinbach, qui font briller l’Alsace aux quatre coins du globe,

L’Alsace possède à ce jour 15,9% de son vignoble certifié en bio, alors que la moyenne varie de 8 à 12% dans le monde (10% en France). L’Allemagne compte 72 domaines biodynamiques et l’Italie 74. Le siège du MABD, le Mouvement de l’agriculture bio-dynamique, l’association ouverte à tous, amateurs jardiniers comme agriculteurs professionnels se trouve à Colmar, tout comme celui de l’organisme de l’organisme certificateur de la biodynamie Demeter. Le syndicat international des vignerons en culture bio-dynamique Biodyvin s’est choisi comme président Oliver Humbrecht, vigneron à Turckheim. L’Alsace est bien le pays de la biodynamie.